Pourquoi ce site ?

Parce qu’y en a marre des affaires « Baupin », des affaires « Sapin », des affaires « Machin ».

Parce que non, ça n’arrive pas qu’en politique, ce n’est pas « exceptionnel » et le problème du sexisme au travail (et ailleurs) n’est pas (du tout) « réglé ».

Parce que c’est quand même dingue que toutes les femmes, dans toutes les entreprises, dans toutes les administrations, dans tous les secteurs aient, toutes, des histoires à raconter sur le sujet.

Parce qu’en plus du harcèlement sexuel, fort heureusement condamné par la loi, il y a aussi toutes ces petites remarques quotidiennes et insidieuses, semi-paternalistes, un poil rabaissantes et ce qu’il faut de condescendantes pour bien te rappeler que tu es bienvenue dans le monde du travail mais tant que tu restes pas trop loin de la porte d’entrée (et de sortie).

Parce que ça suffit de se cacher derrière le soi-disant totem de la « gauloiserie à la française » pour excuser certains de flirter avec les lignes et de faire tranquilou des petites blagues graveleuses au boulot.

Parce que ça me tue qu’une femme qui se prend des propos sexistes en pleine face se retrouve toujours coupable : coupable de porter des vêtements « trop courts », « trop sexys », « trop provocateurs » ; coupable d’être une « chieuse » (féministe, évidemment) ; coupable de ne pas être assez « drôle », de ne pas avoir de « second degré » ; coupable d’être, au mieux, « trop coincée », au pire, « mal baisée ».

Parce qu’en fait, je suis plutôt une meuf assez déconne, ça m’arrive même de faire des blagues (si, si, je te jure) mais, pour la énième fois, non, ce n’est pas  « drôle » et ça ne me fait pas « marrer » quand mon boss, mon client, mon collègue, mon prestataire, un inconnu que je croise dans le boulot me fait une bonne grosse blague sexiste l’air de rien (et me dit, si je ne rigole pas, « oh ça va, c’est bon, on peut déconner quand même » en pensant tout bas « encore une qui a ses règles »).

Parce qu’en fait, comme beaucoup d’êtres humains, j’aime bien les compliments mais c’est super lourd et hors de propos quand la moitié de mes réunions commencent avec une réflexion sur mon physique, mes fringues ou la couleur de mes yeux (quand ça s’arrête aux yeux).

Parce que le pire dans tout ça, c’est que beaucoup d’hommes, et de femmes, qui tiennent des propos sexistes ne pensent pas à mal et n’en ont souvent même pas conscience.

Parce qu’il y a plein d’hommes et de femmes vraiment bien, des gens intelligents, gentils, honnêtes, généreux, qui considèrent, sincèrement, que « ce n’est pas si grave » et que bon « c’est la vie ».

Parce que le plus triste c’est que ce matin, avant d’écrire tout ça, j’ai changé de tenue en me rappelant que justement, je voyais « Machin » tout à l’heure pour un rendez-vous. Et « Machin », tout le monde sait bien que « c’est plus fort que lui » de te mater les fesses et les seins. Pauvre « Machin », c’est sûr que c’est pas évident toutes ces fesses et tous ces seins. On va pas, en plus, lui demander de prendre sur lui.

Pour toutes ces bonnes raisons (et pour toutes celles que j’ai oubliées), fais-nous rêver avec ta plus belle expérience (et ta plus belle réaction) de #sexismeordinaire. Directement sur le site ou par mail à sexismeordinaire.temoignage@gmail.com.

Publicités