« Ce sont des femmes-hommes si vous voyez ce que je veux dire »

Dernière année d’école, je passe des entretiens d’embauche pour intégrer un cabinet d’audit. Après avoir rencontré une manager aux quatre-cinquièmes, je rencontre un associé, plus haut niveau hiérarchique de la structure et dernière étape du parcours d’embauche. Il évoque les possibilités existantes pour les femmes qui le souhaitent de moduler leur temps de travail et les différentes mesures pour l’égalité homme-femme. C’est une très bonne chose, et, vu qu’il évoque le sujet, je lui demande combien de femmes sont associées du cabinet : 2 sur 13. Dans ma tête, je me dis que cela concerne des femmes qui ont commencé à travailler 15 à 20 ans plus tôt, et que lorsque ce sera le tour de ma génération d’arriver à ce niveau de responsabilités, il y aura plus de parité. Mais, sans me laisser le temps de réagir, mon interlocuteur enchaîne : « … mais si vous voulez mon avis, ce sont des femmes, euh, des femmes-hommes, si vous voyez ce que je veux dire ». Soufflée, je lui demande s’il faut être une « femme-homme » pour réussir chez eux . « Non, pas nécessairement, d’ailleurs la prochaine associée que nous aurons est une femme-femme »… #sexismeordinaire #levraisexistesexisteenaction

Publicités