« Frôler les seins des filles ? C’est le moment que je préfère »

Stagiaire en dernière année de médecine, j’assiste à l’installation d’un patient sur la table d’opération. Une jeune infirmière aide l’anesthésiste. Promiscuité obligée. Celui-ci se permet alors de lui frôler les seins avec le torse afin de procéder à l’intubation. D’un rire gras : « c’est le moment que je préfère », lui dit-il. Personne ne dit rien. Certaines se sentant obligées de rire… maladroitement. #sexismeordinaire

Publicités