« Peut-être que si vous continuez à me parler avec votre voix douce… »

Hier, déjeuner d’affaires. Comme d’habitude, je suis la seule femme. Et, comme d’habitude, je suis la plus jeune. Je m’efforce de convaincre ces messieurs du sérieux et de la qualité de la société que j’ai fondée et que je dirige. Les discussions sont constructives,  je commence à gagner leur admiration et leur respect. A un moment, j’interpelle le patron du bistrot pour qu’il nous apporte une bouteille d’eau. Grossière erreur. Il me sort, avec un clin d’oeil et un petit rire : « je ne sais pas mademoiselle mais peut-être que si vous continuez à me parler avec votre voix douce… Hein messieurs, vous trouvez pas qu’elle a un accent charmant ? Allez je vous l’amène votre bouteille ! ». Et voilà, en un instant j’ai perdu le contrôle de la situation. Exit l’experte, la chef d’entreprise, me voilà de nouveau une « jeune femme », « charmante ». On n’a plus jamais reparlé business à ce déjeuner. #sexismeordinaire

Publicités