« Les talons ça te fait vraiment de jolies fesses ! »

Au travail, il m’arrive de porter des talons. Rien d’extraordinaire jusque là. L’un de mes collègues, apparemment, me voit pour la première fois avec cette fameuse paire de chaussures. Le commentaire n’a pas tardé : « Martin avait raison, les talons ça te fait vraiment de jolies fesses ! ». #merciMartin

Publicités

« Tu mets une petite jupe et des talons, ça lui fera plaisir ! »

Apprentie en école d’ingénieur, je suis quasiment la plus jeune (une « enfant » comme ils disent) mais aussi la seule fille de mon service. Un collègue ayant changé de service la semaine dernière, nous réfléchissons à la manière de lui donner les sous collectés pour son départ. Et quelqu’un me sort, très naturellement : « tu pourrais lui donner toi ! Tu mets une petite jupe et des talons, ça lui fera plaisir ! ». #sexismeordinaire

« Mets une jupe, des talons et pense à sourire »

Début de ma carrière dans le conseil, je dois participer à une soutenance orale. Pour la préparer, je demande au senior manager ce que je dois dire exactement. Réponse : « tu viens pour qu’ils voient la totalité de l’équipe mais tu ne présentes pas la réponse à l’oral ». Normal, je n’ai pas beaucoup d’expérience. Mais il continue : « donc mets une jupe, des talons et pense à sourire ». #sexismeordinaire

« Vous devriez en profiter pour faire un enfant »

Je suis avocate dans un grand cabinet d’affaires. Inutile de préciser qu’il y a très peu de femmes associées dans ce type de structure. Mon associé, un homme donc, me convoque pour faire un point sur mon parcours et sur son activité. Il constate – à juste titre – que l’activité reprendra seulement en fin d’année. Je lui fais part de mes doutes et de mon envie d’une activité plus soutenue dans mon domaine. Sa réponse est sans appel : « vous devriez être contente de ce ralentissement d’activité et en profiter pour faire un enfant. A votre âge et après un an de mariage, c’est idéal ». Merci patron. #sexismeordinaire #onauraitjamaisditcelaàunhomme

« Je me demande avec qui elle a couché pour en arriver là »

A l’époque, je travaillais dans un labo de recherche. Nous parlions avec ma chef (aussi une femme, donc, et qui se pense féministe) d’une directrice d’une grande institution de recherche dont nous n’apprécions pas le travail. A la fin d’une discussion argumentée, elle conclut : « je me demande avec qui elle a couché pour en arriver là ». #sexismeordinaire #lesfemmesaussi

« Elle est « le cul » et moi « les seins » de cette entreprise »

Étudiante, salariée le samedi dans un drive. Avec une collègue, il nous arrive régulièrement d’entendre que nous sommes la « vitrine » du magasin et qu’on nous a engagées pour nos « jolies gueules ». Il s’est donc avéré qu’elle était « le cul » et moi « les seins » de cette entreprise à 90% masculine. Et nous voilà donc obligées de travailler deux fois plus pour prouver nos capacités. Et à sourir bêtement à nos supérieurs qui nous reluquent. #sexismeordinaire

« Tu peux venir t’asseoir sur mes genoux »

Juriste dans une entreprise industrielle. Je suis la seule femme aux réunions managériales. Il y a plusieurs années, je venais de commencer, réunion d’équipe. Gonflée a bloc pour prouver mon professionnalisme, je rentre dans la pièce, aucune chaise de libre. Le type de la finance me balance alors : « tu peux venir t’asseoir sur mes genoux ». Va essayer de t’imposer après ça… Autant te dire que j’en ai bien bavé pour qu’on me prenne au sérieux dans cette boîte. #sexismeordinaire